Ambassadeurs et Ambassadrices de la lutte contre le racisme

Les ambassadeurs et ambassadrices de la lutte contre le racisme sont un groupe de jeunes dévoués qui ont été sélectionnés pour agir comme animateurs, médiateurs, vidéastes et créateurs de contenu pour la série de conversations La Vie des Noir.e.s Compte & Anti-Racisme. En offrant leurs expériences, leurs connaissances et leurs compétences de soutien, les ambassadeurs peuvent s’assurer que les jeunes sont engagés, informés et protégés à mesure qu’ils participent aux conversations significatives sur la lutte contre le racisme.

Aaliyah Paris

Aaliyah Paris

Aaliyah Paris est une jeune Queer Afro-Néo-Écossaise et Congolaise. Aaliyah travaille dans les domaines de l’éducation antiraciste et de l’éducation sexuelle tenant compte des traumatismes. Elle a travaillé avec Unbound ainsi qu’avec NoxShop, deux marques spécialisées dans le marché liée au sexe et la sexualité connues pour leur innovation et leur ingéniosité. Travaillant principalement dans la communauté Aaliyah passe la plupart de son temps à organiser avec Abolish Police Kjipuktuk, et à aider à la planification d’actions et d’événements. Elle est ambassadrice d’Apathy Is Boring, un organisme sans but lucratif basé partout au Canada. Elle travaille à la planification d’un murale de rue « Toutes les les Vies des Noir.e.s comptent  » depuis Juin 2020, et l’a présenté à CTV ainsi qu’à la Chronicle Herald. Elle aime faire du yoga lorsqu’elle en a le temps, écouter des podcasts True Crime, passer du temps avec les membres de sa famille et de la communauté et apprendre de nouvelles choses dans le domaine de son travail. Elle vit selon la parole « L’impact l’emporte sur l’intention » et encourage les autres à comprendre ce que cela signifie pour eux. Aaliyah croit fermement aux bienfaits médicinaux du cannabis et peut aussi s’imaginer travailler dans ce domaine. Il y a longtemps, elle a appris à co-piloter un Cessna 172; elle peut aussi toucher son nez avec sa langue.

Bethany Bair

Bethany Bair

Salut! Je m’appelle Bethany Bair et je réside à Brampton, en Ontario qui se trouve sur les terres et le territoire du Traité de la Première Nation Mississauga de Crédit. Mes antécédents sont jamaïcains, mais j’ai grandi toute ma vie au Canada! À l’heure actuelle, j’étudie la linguistique à l’Université York avec une concentration mineure dans les arts, les médias, la performance et le design.

Je suis passionnée par les droits civils tels que : l’égalité des sexes, les droits des autochtones et la Diaspora Africaine. Non seulement cela, je vise également à être diplômée d’un Master en orthophonie et je fais des recherches sur les origines des dialectes de la Diaspora Africaine! De l’enseignement préscolaire, à l’entraînement de divers sports tels que le football et le flag-football, ainsi que de la création et à la facilitation des programmes pour la ville, j’ai acquis de l’expérience de travail avec les enfants et les jeunes.

Pendant mon temps libre, je fais du bénévolat dans les églises et j’aide avec la programmation, en particulier tout ce qui implique la musique et la technologie. J’adore la musique!  Je joue quelques instruments et j’écris mes propres compositions. De plus, j’aime créer, filmer et éditer mes propres vidéos dont plusieurs d’entre eux se concentrent sur le thème du racisme. En résumé, je suis heureuse de faire partie de cette opportunité, et j’ai hâte aux mois à venir.

Bilal Timani

Bilal Timani

Bilal Timani est né et a grandi à Toronto, en Ontario. Bien qu’il soit né au Canada, il a un fort sentiment d’appartenance envers sa culture libanaise et une grande fierté pour sa religion druze. Il a récemment complété son baccalauréat en neurosciences à l’Université de Toronto avec une thèse de spécialisation en contrôles sensorimoteurs. Étant quadrilingue, il est passionné par l’apprentissage linguistique qui permet d’élargir ses horizons et d’effacer les barrières devant l’inconnu. Il s’intéresse aussi aux domaines de la médecine, de la santé mentale et de la justice sociale. Bilal adore voyager, découvrir de nouvelles cultures et jouer au volleyball avec ses amis. Durant la pandémie, il est pourtant à la poursuite de séries dignes de frénésie sur Netflix.

Donneil McNab

Donneil McNab

Donneil McNab vit actuellement à Victoria, en Colombie-Britannique, et travaille à l’Université Royal Roads au département des services aux étudiants. Originaire de Sainte-Catherine, en Jamaïque, elle a déménagé au Canada en 2018 pour poursuivre ses études supérieures. Diplomée en juin 2020 de l’Université Royal Roads elle a obtenu un Master en gestion du tourisme. Une composante de son diplôme était un document de recherche d’études supérieures, et son objectif de recherche était « la relation entre la conscience interculturelle et le comportement organisationnel ». Les participants à sa recherche provenaient de divers pays qui ont permis de multiples perspectives culturelles. Cette expérience éclairante a suscité encore plus d’intérêt dans le domaine, et Donneil souhaite mener d’autres recherches, mais avec une portée plus large.

La passion de Donneil pour la diversité, la lutte contre le racisme et la sensibilisation culturelle l’a amenée à occuper plusieurs postes bénévoles à l’Université Royal Roads. Notamment, elle a été membre du Groupe d’action pour la diversité, du Réseau d’espace positif, du Groupe de travail sur la lutte contre le racisme et du Comité directeur du Président sur l’équité, la diversité et l’inclusion. De plus, elle est cofondatrice de Black Speaks Victoria. Cette plate-forme lui permet également de faire du travail anti-racisme dans l’ensemble de sa communauté en éduquant les autres, et en faisant rayonner l’excellence des Noirs et en amplifiant les voix noires.

Quand Donneil ne travaille pas ou ne fait pas de bénévolat, elle passe son temps à aller aux restaurants, à cuisiner ses repas préférés et à créer de nouvelles recettes. Ses autres passe-temps incluent la lecture de romans fantastiques, la danse et les voyages vers différentes destinations à travers le monde pour explorer d’autres cultures. Elle s’intéresse également à l’apprentissage d’autres langues, à la photographie alimentaire, à l’écriture créative et à l’entrepreneuriat social.

Isaac Grass

Isaac Grass

Salut à tous ! Je m’appelle Isaac Grass et j’habite sur la Base des Forces canadiennes Borden (BFC Borden) à Essa en Ontario. Je suis actuellement étudiant en première année à l’université de Windsor, où j’étudie les sciences politiques au premier cycle . J’ai eu la chance de participer à l’initiative Canada 150 & moi en 2017, puis j’ai siégé pendant trois ans au Conseil Consultatif de la Jeunesse (YAC) d’Expérience Canada, dont j’ai été vice-président au cours de ma dernière année. Je suis un grand partisan de l’organisation et j’apprécie énormément sa mission.

Au travers de cette formidable opportunité, j’apporterai mon vécu en tant que beau-fils d’un immigrant africain, et membre de la Première Nation Mohawk Tyendinaga. J’ai également travaillé en étroite collaboration avec le comité d’inclusion de l’hôpital Royal Victoria et l’équipe de développement de l’identité des jeunes de la Commission des étudiants du Canada.

J’ai toujours eu pour philosophie personnelle que les jeunes ont la capacité d’accomplir des choses étonnantes lorsqu’ils sont épaulés par leur entourage. C’est exactement ce que cette initiative a la capacité de faire et je suis reconnaissant de travailler à une initiative aussi créative avec des jeunes aussi talentueux.

Maame Efua De-Heer

Maame Efua De-Heer

Maame Efua De-Heer, est née Ghanéenne, immigrante de deuxième génération. Je suis analyste stagiaire des politiques à l’Agence de la santé publique du Canada et j’ai terminé mon Master en santé publique à l’Université de Toronto. Je suis analyste de recherche clinique pour le projet A.C.T.I.O.N du Réseau universitaire de santé. Simultanément, je suis la fondatrice) de la Fondation Power of Love, un organisme sans but lucratif qui vise à améliorer la vie des femmes et des enfants. L’expérience bien maitrisée de Maame dans le domaine de travail de recherche et de travail lié au racisme, à la discrimination et à la stigmatisation parmi les communautés du PANDC la qualifie apte à ce rôle.

Nicole Tornquist

Nicole Tornquist

Tansi

Je m’appelle Nicole Tornquist, je suis une jeune femme autochtone de 26 ans de la Nation crie d’Opaskwayak, située sur le territoire traditionnel du Traité no 5. J’ai obtenu mon diplôme d’études secondaires du Margaret Barbour Collegiate. J’ai ensuite poursuivi mes études au Collège universitaire du Nord et j’ai terminé mon diplôme en administration des affaires avec spécialisation en gestion. Je suis ambassadrice nationale de l’Espoir pour We Matter, Jeune Ambassadeur Manitoba 150 , Ambassadrice Expériences Canada à la Réconciliation et Championne d’Échange Expériences Canada, Indigenous 150+ Youth Ambassador et je suis aussi animatrice pour Awaken the Spirit. En 2019, les jeunes m’ont nommé pour me présenter comme Junior Onekanew (chef). J’ai accepté le défi et commencé mon voyage de campagne. J’ai été la candidate retenue pour Junior Onekanew (chef). J’ai donc les grands honneurs de représenter fièrement ma communauté de la Nation crie d’Opaskwayak. Ma passion est de travailler avec les jeunes de ma communauté et de les aider à devenir les meilleures personnes qu’ils peuvent être, les regarder s’épanouir et surmonter les obstacles est le meilleur sentiment au monde. Je crois que j’étais censé encadrer les jeunes, pour les aider à réussir et à établir des liens avec eux. Nos jeunes sont la raison pour laquelle je me pousse toujours à devenir une meilleure personne.

Ekosi

Selena Wong-Clayton

Selena Wong-Clayton

Née au Canada d’une mère Chinoise et un père Français-Congolais, Selena a grandi dans un milieu culturel très diversifié, ce qui a contribué à façonner sa vision du monde. De ce fait, elle été assez chanceuse pour passer son enfance à voyager avec sa famille entre la Chine, la France et la République démocratique du Congo. D’ailleurs, elle a récemment gradué du French Cohort program à l’université Simon Fraser où elle a complété un baccalauréat en sciences politiques et Français avec distinction. Pendant ses études, elle a aussi eu l’occasion d’étudier à l’étranger, principalement en France. Elle est très intéressée par le secteur non-profit, ayant déjà travaillé auparavant pour plusieurs organisations non gouvernementales à Vancouver, CB. Ses intérêts portent sur le développement social et la durabilité et la remise en état de l’environnement. De
plus, elle est passionnée par la défense et la promotion du bilinguisme et la francophonie au Canada. Elle désire poursuivre ses études postsecondaires en faisant une maitrise en politiques publiques ou le droit. Hors du travail, elle tire profit de la nature sur la côte ouest du Canada en faisant la randonnée pédestre durant l’été et le ski de fond durant l’hiver. Elle aime aussi cuisiner et elle l’utilise comme moyen pour découvrir le monde.

Shondra Mings

Shondra Mings

Shondra Mings a grandi à Thorold, en Ontario, mais elle dit maintenant qu’Ottawa est chez elle. Elle a une passion pour le soutien à la jeunesse, les arts, les voyages et la justice sociale. Depuis son plus jeune âge, elle s’intéresse aux questions de relations raciales et d’équité qu’elle attribue en grande partie à ses expériences en tant que Canadienne Jamaïcaine-Bajan de première génération. Elle a intentionnellement poursuivi un diplôme de premier cycle qui a amélioré sa compréhension du racisme institutionnalisé. À l’Université d’Ottawa, ses cours l’ont encouragée à réfléchir de façon critique sur la façon dont les perceptions et les discours sur l’identité peuvent avoir des répercussions négatives sur les possibilités socioéconomiques des gens. Elle a également obtenu un baccalauréat en éducation à l’Université Queen’s. Shoundra s’intéresse beaucoup aux politiques, aux discussions, à la collaboration avec les jeunes et les partenaires communautaires afin de rendre Ottawa et le Canada dans son ensemble plus inclusifs.

Elle travaille actuellement à l’Université d’Ottawa à titre de spécialiste du perfectionnement professionnel où elle aide les étudiants à travailler à l’obtention de leurs objectifs de carrière. Elle reconnaît les obstacles auxquels les étudiants peuvent faire face sur le marché du travail en raison de leur situation sociale et elle travaille à la création de programmes d’études et d’événements qui peuvent aider les étudiants à s’épanouir sur le marché du travail. Par exemple, en mars 2020, elle a organisé le premier atelier CO-OP de création de tableaux de visualisation pour les femmes et un événement sur la carrière et le réseautage en Afrique, dans les Caraïbes et pour les Noir.e.s.

Lorsqu’elle ne travaille pas, elle est une étudiante passionnée de danse, de violon et de piano et aime participer à des productions théâtrales musicales locales. Elle aime passer du temps avec sa famille et ses amis, elle aime cuisiner et trouver un bon livre à lire.

Thawany Monteiro

Thawany Monteiro

Thawany Monteiro est une mère fière, récemment diplômée d’un Master en travail social de l’université de York. Le travail de Thawany en tant qu’ambassadrice de la réconciliation avec Expériences Canada et animatrice de l’Initiative de réconciliation des jeunes avec la CRE a alimenté sa passion pour l’éducation et le travail avec les immigrants, les racialisés, la Diaspora Africaine et les jeunes autochtones sur des sujets centrés sur l’identité, la réconciliation et la décolonisation d’une vision du monde autochtone. Thawany centre son expérience de vie en tant qu’immigrante brésilienne d’ascendance mixte et de racines autochtones dans son travail. Thawany vit et travaille actuellement sur le territoire du Traité no 13. Dans son temps libre, elle aime profiter de sa famille et de ses amis, lire, faire de la randonnée, perler et jouer au soccer.

Sign Up to our Newsletter /
Abonnez-vous à notre Lettre D'information