Ma première rencontre avec Expériences Canada (appelé alors SEVEC) a eu lieu au début de 2007, lors d’un échange linguistique entre des groupes de Langley (C.-B.) et de St-Hyacinthe (Qc). Comme j’étudiais en immersion française à l’école secondaire, l’avantage immédiat et évident était d’avoir la possibilité de développer et d’améliorer mes compétences langagières. Mais je ne m’attendais pas à apprendre autant au sujet de ma communauté et de mon pays. Et je pense que j’en ai surtout retiré un amour des voyages.

Peu après mon échange, je me suis joint au CCJ à mi-année 2007 et je suis allé à Ottawa pour la première fois. J’y suis retourné l’année suivante pendant ma dernière année du secondaire, et je suis ultimement déménagé à Ottawa pour fréquenter l’Université Carleton l’été suivant. Pendant mes études universitaires, j’ai passé 4 ou 5 ans à travailler au sein d’Expériences Canada afin d’aider au développement du Conseil consultatif de la jeunesse. J’ai assumé un rôle de << mentor >> et aidé à la planification du programme et des activités du CCJ, et j’ai passé 2 ou 3 jours à guider le CCJ à Ottawa et dans les environs quand les autres sont venus en ville.

Un de mes souvenirs préférés de la période où j’étais avec Expériences Canada, ce sont les amitiés que j’ai pu créer et que j’essaie de conserver malgré le fait que j’habite à l’étranger maintenant. J’ai eu la chance de voyager dans chaque province à l’exception d’une seule (il me reste les Territoires que je dois visiter!) et je ne suis jamais loin d’un ami où que j’aille au Canada maintenant. J’ai aussi pu faire du lobbyisme au Parlement, rencontré Justin Trudeau, visité certains des grands édifices historiques du pays et essayé toutes sortes de nouvelles choses.

Globalement, je pense que mon souvenir préféré est quand j’ai hébergé mon jumeau durant notre échange. Mon jumeau était un passionné de hockey, mais il n’avait jamais été voir une partie de la LNH. Quand il était en ville, nous avons réussi à avoir des billets et l’avons donc emmené voir une partie des Canucks de Vancouver. La partie se déroulait assez près de chez moi et, à mi-chemin, il a dit : << J’espère que ça va terminer en tirs de barrage! >> (Les tirs de barrage étaient nouveaux au hockey à l’époque, il n’y en avait que depuis une ou deux saisons et c’était encore une nouveauté.) Coup de chance, la partie était très serrée et les Canucks ont fini par gagner en tirs de barrage. Pour une personne qui aime le hockey autant que lui, cette expérience était spéciale.

Je pense que de donner la chance aux jeunes de découvrir la diversité du Canada est plus important que jamais. La société a un problème de biais de confirmation. La mondialisation (et les médias sociaux) devait nous exposer à d’autres gens, à d’autres façons de vivre, et nous mettre en relation avec le globe; mais au lieu de cela, nous nous isolons nous-mêmes et nous entourons que de ceux qui appuient nos notions préconçues. Rassembler les jeunes, lors d’un échange ou d’un forum, en personne ou en mode virtuel, aide à combattre ces forces sociétales. Cela instille des leçons qui restent dans le coeur des jeunes pour le reste de leur vie, favorise la création de liens interculturels et, ultimement, aide à développer une meilleure compréhension et une plus grande acceptation des différences que nous avons tous les uns par rapport aux autres.

Logo

Send me updates / Envoyez-moi des mises à jour

Logo

Send me updates / Envoyez-moi des mises à jour

Sign Up to our Newsletter /
Abonnez-vous à notre Lettre D'information

 

 

 

Sign Up to our Newsletter /
Abonnez-vous à notre Lettre D'information